Big Brother Awards 2001

Le Prix Spécial du Jury "pour l’ensemble de son oeuvre" est décerné à des personnes ou des institutions qui, par leur activité inlassable ou leur négligence, ont porté atteinte à la sphère privée, facilitant la violation des droits de la personne ou faisant la promotion de la surveillance de l’individu ou des groupes.

  • gagnant 2001 Le Parlement français

    Pour avoir été unanime dans le vote de la très liberticite Loi de Sécurité Quotidienne

  • gagnant 2001 Le Gouvernement et le SGDN

    Pour avoir notamment fait passer en force une série d’amendements anticonstitutionnels dans la Loi sur la sécurité quotidienne de novembre 2001

  • gagnant 2001 Mention spéciale L’ensemble des parlementaires (Sénat + Assemblée Nationale)

    Pour avoir suivi sans sourciller les positions du gouvernement sur la LSQ

  • SOFREMI / Salon Milipol

    Cette société qui dépend du Ministère de l’Intérieur organise tous les ans MILIPOL, une foire internationale de l’arsenal sécuritaire destinée tant aux sociétés du secteur privé qu’aux Etats ou administrations de pays dont certains sont réputés les plus totalitaires, comme ceux du Golfe ou la Chine.

  • GIE Sesam-Vitale / CNAM-TS / Ministre des Affaires sociales

    Le GIE et ses complices sont les maîtres d’oeuvre de l’informatisation des données de santé, processus opaque et obligatoire où le citoyen est mis devant le fait accompli sans qu’il puisse maîtriser lui-même le sort de ses données privées les plus intimes.

  • Sodexho Alliance

    Pour avoir investi à outrance dans le monde carcéral, exploitant les détenus au travail et en participant parfois aux systèmes de sécurité des prisons privées

  • Wanadoo Data / groupe groupe France Télécom

    Profitant de son monopole dans le téléphone fixe et les annuaires, FT a confié à sa filiale Wanadoo le soin de commercialiser le plus vaste fichier nominatif créé sans accord préalable de l’abonné

(Entreprises, organismes et institutions privés.) Peuvent être nominées toutes les entreprises et institutions du secteur privé qui, par profit ou simple négligence, méprisent ou violent la sphère privée de leurs employés, de leurs clients ou de tiers, ou toute autre forme de promotion, comme les sociétés qui exportent leur matériel de surveillance dans des régions où les droits de l’individu sont encore plus vulnérables.

Ancienne catégorie (jusqu’en 2004)

  • gagnant 2001 RATP (systèmes Navigo et Prismatica)

    La RATP s’est engagé dans divers projets informatiques qui encouragent le fichage et contraignent les passagers à laisser des traces électroniques de leurs déplacements ; la RATP s’engage en outre dans une gestion technologique de l’insécurité qui laisse la machine détecter nos comportements "suspects", à l’image des visions noires de George Orwell (cf le dossier Prismatica).

  • Projet PRISMATICA (RATP)

    Impliquant au total cinq grandes villes européennes, dont Paris, Londres et Bruxelles, le projet Prismatica a pour objectif la gestion technologique de l’insécurité, et doit notamment laisser la machine détecter nos comportements "suspects", à l’image des visions noires de George Orwell.
    A CHARGE
    La surveillance vidéo intelligente : le contrôle arbitraire comme aide à la décision
    Le projet Prismatica, qui réunit les sociétés de transports publics de Paris, Lisbonne, Londres, Prague et Bruxelles, est (...)

  • Mon.service-public.fr

    Une expérience de "coffre-fort" électronique organisée sans le moindre souci de la protection des données personnelles

  • Le nouveau passeport européen DELPHINE

    Projet de fichage (biométrique) des citoyens mis en place dans la plus grande opacité quant à la gestion et la sécurité des données personnelles

  • Office HLM de L’ESSONNE / "Co-veillance"

    En 1994 l’Office HLM et la société de gestion de logements sociaux LOGIREP ont été à Saint-Pierre-du-Perray (91) les pionniers d’une nouvelle forme de contrôle social : la "co-veillance" des habitations. Dans les plans d’une résidence de 133 logements un système de vidéo-surveillance a été mis en place (hall d’entrée et parking). Particularité : les images des caméras communes sont diffusées en circuit fermé sur les postes de télévision de chaque habitant. Les images peuvent en outre être (...)

(Contrôles de proximité, urbanisme, vidéosurveillance). Décerné aux personnes ou institutions qui encouragent les projets d’aménagement de la cité visant, sous couvert de prévention, à contrôler la libre circulation des individus et à traquer leurs habitudes, achats, prestations sociales, opinions ou comportements.

  • gagnant 2001 Municipalité de Mantes La Jolie

    Pour avoir voté des résolutions visant à subventionner, via des fonds européens destinés à réhabiliter des quartiers en difficulté, un système privé de vidéosurveillance sur la place du Val Fourré

  • Mention spéciale Ville de Paris - Direction des affaires sociales (DASES)

    Autorité organisatrice des transports en Ile-de-France, le STIF mène entre autre une active politique d’études pour la modernisation et l’adaptation des réseaux. Il observe l’évolution des déplacements, évalue l’opinion des franciliens et rassemble les données sous formes chiffrée et cartographique. Il finance également de nombreuses expérimentation menées par les transporteurs.
    La Ville de Paris attribue à tous les allocataires du RMI un carnet de 14 chèques-mobilité de 112 euros. Ce chéquier est envoyé (...)

  • Ville de LYON

    Depuis 2000 la municipalité - de droite comme de gauche - a décrété la vidéo-surveillance priorité numéro un dans la lutte contre l’insécurité en centre-ville, pretexte pour chasser de la cité les précaires et surveiller les manifestants

  • Charles PASQUA, Président du Conseil Général des Hauts-de-Seine

    Le CG du 92 a voté en 2001 l’installation prochaine de caméras de surveillance dans les 87 collèges et lycées du département

  • Claude LANTERI - maire de Conségudes (Alpes-Maritimes)

    Le maire de cette minuscule commune située sur les hauteurs de Nice a un projet crucial pour protéger ses 58 concitoyens : une oeil électronique ) l’entrée du village...

Distingue épisodiquement un candidat qui n’a pas obtenu le prix dans sa catégorie mais que le jury tient tout de même à récompenser

(Services publics, gouvernement, administration). Décerné aux membres d’un gouvernement, hauts fonctionnaires de l’État, élus nationaux, autorités administratives, judiciaires et réglementaires, qui, par leur activité quotidienne ou par une intervention particulière, cherchent à limiter la sphère privée et les droits de l’individu ou à promouvoir la surveillance et le contrôle de personnes.

  • gagnant 2001 Ministère de la Justice - Administration pénitentiaire

    Considérant que "Peut etre nominée à un Big Brother Award toute institution ou personne, physique ou morale, s’étant distinguée par son mépris du droit fondamental à la protection de la sphère privée", le ministère de la Justice failli à sa mission de garantir aux détenus l’entier exercice de leurs droits dans leur vie privée et familiale, leurs correspondances, en matière de promiscuité sociale et sanitaire qui brise l’anonymat et la dignité de l’individu ; et la Pénitentiaire s’oriente aussi vers un mode de prisons privées dotées des dernières technologies de surveillance, éliminant le rapport humain et laissant la machine faire le tri.

  • M. Douste-Blazy - maire de Toulouse

    M. Le maire a utilisé à des fins électorales un fichier administratif de parents d’élèves - et a été condamné pour cela par la justice

  • Ministère de la Défense

    Pour avoir trop longtemps hésité à rendre publics ses propres moyens d’interceptions sauvages des communications privées passant par satellite

Prix de la vigilance citoyenne
Récompense des personnes, des collectifs ou des projets qui, en luttant et manifestant contre la surveillance arbitraire des individus, se sont engagées de façon exemplaire pour informer le public sur les dérives du traitement automatisé et de l’arme technologique.