Palmarès édition 2002

Paris, 22 janvier 2003. ### La troisième édition française des Big Brother Awards s’est cloturée le 20 janvier 2003 par la remise des prix sanctionnant les champions de la surveillance de l’année écoulée.

Pour établir le palmarès Privacy International a réuni un jury de dix personnes, présidé cette année par le sociologue Loic Wacquant (Collège de France et Université de Berkeley). Comme toujours, le jury s’est prononcé pour "honorer" 5 projets, institutions ou entreprises ayant porté atteinte à la vie privée ou négligé de la protéger, ou pour avoir fait la promotion de la surveillance individuelle ou collective. Le jury a tenu cette année à étoffer la sélection des candidats aux prix "Voltaire" qui souligent l’action de résistance d’individus ou de collectifs.

Ce palmarès 2002 retiendra notamment la décision inédite du jury, qui a été de classer Nicolas Sarkozy hors-compétition pour "dopage et exhibitionnisme" (plus de détails plus loin), ont tenu à souligner les jurés lors de la remise des prix de lundi soir. Le ministre de l’intérieur était nominé dans la catégorie "Ensemble de son oeuvre", et son "exclusion" a permis de donner la palme à Alain Bauer, conseiller en "sûreté locale" très influent.

"Faux universitaire et vrai commerçant, Alain Bauer est sans conteste le Grand Maitre de la supercherie sécuritaire de la décennie", a déclaré le président du jury Loic Wacquant. "A coup de fausses etudes qui déclenchent l’hilarite des statisticiens et la consternation des criminologues, il s’est construit, grace a son entregent politique et a la complaisance des journalistes toujours plus avides de sensationnel, un empire du "conseil en sécurité". Et c’est ainsi qu’il vend, en amont, les enquêtes-bidons attisant le sentiment d’insécurité et, en aval, les dispositifs de surveillance censés y remedier. Il pourrait bien être l’inventeur de la machine à punir perpetuelle".

Les gagnants et leur dossiers : http://www.samizdat.net/bba/index.php?gng=1

L’ensemble des nominés et candidats : http://www.samizdat.net/bba/

ORWELL de la SURVEILLANCE - PALMARES 2002

+ Catégorie 1 - Etat, Administration, Elus et Personnalités

Primés : Jack Lang et Xavier Darcos, ex-ministre de l’Education, actuel ministre délégué, le premier pour la mise en oeuvre du logiciel Signa et le second pour l’usage opportuniste de ses statistiques au service d’une politique sécuritaire en milieu scolaire. Premier point d’apprentissage à la soumission orwellienne, l’école mise sous surveillance engendre des questions sociales trop fortes pour être laissé à la merci d’une politique de contrôle qui tente de passer scientifiquement au travers du logiciel Signa, censé traquer la violence scolaire. Le jury a voulu stigmatiser les risques d’un recours à un outil statistique pour orienter les comportements pédagogiques, politiques ou sociaux. Même si le fichier Signa est non-nominatif, ces "compteurs à incivilités" érigent le principe de surveillance et de contrôle avant les obligations d’éducation. Enfin, automatiser la surveillance des méfaits à l’école au moment où le gouvernement suprime des postes d’aide-éducateurs donnent à ce prix "Orwell" un arrière-goût particulier.

Les membres du jury ont aussi été sensible au dossier du Procureur Dintilhac et du juge Bruguières, le principe visé - écoutes téléphonique sur des avocats et des journalistes - dérogeant aux usages dans la magistrature, c’est à dire d’exclure du champs des écoutes les professions garantes de la liberté d’expression et du droit de la défense. + Catégorie 2 - Entreprises, organisations professionnelles

Primés : France Express Recouvrement et son client Carrefour L’emportant d’une courte tête sur son challenger, ce dossier dénonce les pratiques inacceptables de cette société qui, pour le compte du groupe Carrefour, se permet de menacer les personnes de délation aux services sociaux, banque de France et au ministère de l’intérieur s’ils sont étrangers. Que Carrefour sous-traite ces opérations à une telle société n’est pas une circonstance atténuante, le jury a donc tenu à mentionner cette complicité surtout que Carrefour utilise les services de cette société lyonnaise depuis 1999.

Mention spéciale : Thales Identification Filiale de l’ex-groupe d’élélectronique et de défense THOMSON-CSF, Thales Identification a été distingué comme cas exemplaire des multinationales qui écoulent leurs technologies de contrôle des invididus dans des pays totalitaires. Les cartes d’identité intelligentes de Thales possèdent un potentiel d’intrusion bien plus énorme entre les mains du gouvernement de Chine populaire, or cette dimention n’est pas du tout pris en compte dans la politique de communication de Thales. + Catégorie 3 - Localités, politiques urbaines

Primé : Gérard Collomb et la ville de Lyon Sans hésitation (unanimité au premier tour)), le jury a distingué un multirécidiviste, le maire de Lyon,candidat en 2000 sous les traits de Raymond Barre (UDF), en 2001 sous ceux de Gérard Collomb (PS). Le pragmatisme pro-sécuritaire du maire actuel a joué en sa (dé)faveur, sa politique de contrôle des foules et des rassemblements (plus de 100 caméras bientôt), le fichage automatique dans les transports (Tecely) et ses actions contre les prostituées a fait le reste.

2. Orléans d’une courte tête sur Chalon : opérations de couvre-feu pour les jeunes, immersion du pouvoir du maire dans le contrôle social, chantages aux allocations familiales comme solution antidélinquance, avec en prime un adjoint au maire (Florent Montillot) élevé aux théories d’Alain Bauer (lire plus loin).

3. Chalon : la ville de l’actuel garde des Sceaux Dominique Perben s’est fait remarquer par sa politique de traçage des familles "à problèmes", cernés par les données croisées des services de l’Etat, et flanqués d’un "tuteur" assermenté (dispositions proposés dans son contrat local de sécurité).

Enfin, parmi la dizaine de candidats proposés dans cette catégorie, ont été remarqués le fichage discriminatoire de la mairie d’Albertville et M. Ceccaldi-Reynaud, maire indéboulonable de Puteaux (92), non pour son projet pharaonique d’installer 350 caméras de surveillance en 2004, mais plus pour ses "états d’âmes" : "J’exclus de ma consultation (ces) rousseauistes qui s’opposent à la sécurité (sic), ceux qui estiment qu’il ne faut pas de caméras parce que c’est une atteinte à la vie privée. Je ne perds pas mon temps à les convaincre." + Catégorie 4 - Technologies, produits et systèmes

Primé : Géoprévention - société Data-Image (91) ; complicité de la ville de Roubaix Ce logiciel "cartographie la délinquance" et est présenté comme une fin en soi, un baromètre de politique urbaine arbitraire et intrusif pour tous les habitants d’un quartier "ciblé". Le croisement des informations reconstitue un fichier central pourtant hautement sensible selon les critères de la loi informaitque et libertés : le logiciel confronte les données enregistrées par "les services de police, les bailleurs sociaux, l’Education nationale, la société des transports urbains, la SNCF et d’autres partenaires."

A Roubaix (Nord) cet instrument est entre les mains d’homme politiques persuadés qu’il existe un lien entre le niveau d’incivilité et le niveau de délinquance. ("On pourrait travailler en trois dimensions sur les immeubles de grande hauteur, on pourrait aussi faire des photos satellite." Jean-Luc Besson, directeur de la prévention et des relations avec la police).

Ensuite à égalité les candidats Palladium et Securbus : - Palladium / Microsoft pour ses risques énormes portés au droit de l’utilisateur d’un ordinateur, sur les écrits, logiciels, sons images ou films échangés pour sa libre expression ;et a égalité des choix au deuxième tour de scrutin. - Securbus pour sa panoplie inquiétante de video-surveillance des transports en temps réel.

Les deux cartes électroniques Navigo (Paris) et Tecely (Lyon) ont retenu l’attention du jury (Navigo a eu le prix en 2001), en sachant qu’à Lyon cela a été l’un des éléments pour primer la ville. + Prix spécial du Jury pour l’Ensemble de son oeuvre

La décision d’exclure Nicolas Sarkozy a été prise à l’unanimité, pour "dopage" idéologique et politique. Surfant sur la vague sécuritaire, le ministre de la sécurité intérieure (d’ailleurs surnommé "Speedy" dans les milieux officiels) cultive cette image d’autorité et fait preuve d’un exhibitionnisme a toute épreuve pour prendre l’habit de Big Brother, dans ses projets, déclarations ou sorties médiatiques. Il se délecterait d’un tel prix et il a donc été classé "hors-catégorie". Un peu de persévérance lui donne sa chance pour les prochaines éditions.

Le jury a préféré distinguer Alain Bauer, pape français de la tolérance zéro, théoricien de l’insécurité démasqué en 2002 par plusieurs sociologues. Il s’autodéclare universitaire pour prodiguer des solutions qu’il facture aux villes, communautés urbaines et conseils généraux (dont plusieurs nominés cette année, comme roubaix, Puteaux et Colombes, etc.). Ses "conseils en sûreté" participent à la lente pénalisation du traitement de la délinquance et au recours démesuré à la vidéosurveillance. +++++++++++++++

LES VOLTAIRE DE LA VIGILANCE

Ensemble des candidats http://www.samizdat.net/bba/

Sont primés dans les quatre domaines d’intervention retenus :

Vie privée, correspondances et données personnelles - Service No-log du fournisseur internet Globenet, service de protection des données personnelles au service de l’abonné, lancé l’an dernier en réaction au vote du principe de la rétention des données obligatoire (LSQ)

Liberté de circulation, de rassemblement (ex aequo) - Réseau pour l’abolition des transports payants (RATP, Paris), pour ses actions d’information sur les transports et leur gratuité et sur la liberté de circulation des plus démunis - GISTI, Groupe de soutien et d’information des immigrés, pour son combat persistant en faveur des droits des étrangers, demandeurs d’asile ou sans papiers, en particulier pour leur liberté de circulation, et notamment cette année pour son action lors de la fermeture du centre de "rétention" de Sangattehttp://www.gisti.org/

- Moyens de surveillance et contrôle sécuritaire : Collectif CLARIS, un groupe d’éducateurs, de psychologues et de sociologues créé en 2002, pour son travail de ré-information et de mise en évidence de la des manipulations du discours sur "l’insécurité". http://laurent.mucchielli.free.fr/Claris.htm

- Liberté d’expression et d’information : Bureaux d’étude, collectif de Strasbourg (lié à l’université Tangente), pour son travail de décryptage géocentrique des leviers de pouvoirs politico-économiques, présentés sous forme de posters graphiques./ Documents téléchargeables ici : http://bureaudetudes.free.fr/potorg.html

Primé pour l’Ensemble de son oeuvre - Act Up Paris , pour leur travail constant de ré-information et de défense des droits et des libertés des plus démunis, notamment sur les traitements des données médicales. Nominé notament pour son travail attentif de suivi lors de la constitution du fichier des maladies infectieuses à déclaration obligatoire, mis en place depuis quelques mois, et pour lequel Act Up et d’autres associations ont obtenu des garanties sur l’intégrité des données, le double anonymat et une information entière et directe des patients. http://www.actupp.org/ ++++++++

RAPPELS

Liste des membres du jury de l’édition 2002 :

- Renaud Auguste-Dormeuil, artiste vidéaste - Sebastien Canevet, juriste, président de la FIL - Gilles Guglielmi, professeur droit public, Nanterre - Jean-Pierre Dubois, secrétaire général adjoint de la FIDH - Valérie Marange, philosophe Paris 8, revue Chimères - Anne-Lise Martenot, réalisatrice, SVEF - Jerome Martin, vice-président Act-Up Paris - Laurence Roques, avocate au barreau de Créteil, membre du SAF - Nathalie Vallet, travailleur social et membre de l’ODU Et président d’honneur : - Loic Wacquant, sociologue, université de Californie (Berkeley)

L’équipe des BBA France vous donne rendez-vous l’an prochain. http://www.bigbrotherawards.eu.org/

BBA France édition 2002

Les nominés, le jury...

Paris, 13 janvier 2003 ### Privacy International présente la liste des nominés pour la 3ème édition des Big Brother Awards en France http://www.samizdat.net/bba/]>, le jury dévoilera son palmarès au cours de l’Orwell Party organisée dans une semaine le lundi 20 janvier à partir de 19h au Flèche d’Or Café, Paris 20ème.

Toute personne ou institution ayant porté atteinte à la vie privée, négligé de la protéger ou faisant la promotion de la surveillance individuelle ou collective, peuvent se voir primer et recevoir un "Orwell" dans 5 catégories (lire la liste ci-après). Pour saluer l’autre côté du miroir, cette année cinq prix Voltaire seront remis aux individus, collectifs ou actions qui se sont élevés contre les dérives du tout-contrôle.

Les dossiers de candidature qui ont été sélectionnés par Privacy International s’inspirent de faits, actes, propos ou initiatives constatés en 2002. Pour constituer le jury cette année les BBA se sont rapproché de la Fédération internationale des ligues des droits de l’homme (FIDH), de la Fédération informatique et libertés (FIL) et du syndicat des avocats de France (SAF) - et toujours soutenu par Act-Up Paris, Souriez vous êtes filmés (SVEF) et l’Observatoire du droit des usagers des institutions sociales (ODU).

- Renaud Auguste-Dormeuil, artiste vidéaste

- Sebastien Canevet, juriste, président de la FIL

- Gilles Guglielmi, professeur droit public, Nanterre

- Jean-Pierre Dubois, secrétaire général adjoint de la FIDH

- Valérie Marange, philosophe Paris 8, revue Chimères

- Anne-Lise Martenot, réalisatrice, Souriez, vous êtes filmés

- Jerome Martin, vice-président Act-Up Paris

- Laurence Roques, avocate au barreau de Créteil, membre du SAF

- Nathalie Vallet, travailleur social et membre de l’ODU

Et président d’honneur :

- Loic Wacquant, sociologue, université de Californie (Berkeley)

Veuillez trouver ci-après la liste des nominés aux Orwell et aux Voltaire pour l’année 2002.

NB - Presse : par simple retour de courrier nous donnerons les contact téléphoniques adéquats.

++++++++++

’ORWELL’ DE LA SURVEILLANCE

ensemble des candidats - affichage selon catégories :

http://www.samizdat.net/bba/

Les nominés :

+ Catégorie 1 - Etat, Administration, Elus et Personnalités

- Christian Estrosi, député, pour ses amendements déposés en commission dans le projet de loi sur la sécurité intérieure (PLSI)

- Jack Lang et Xavier Darcos, deux ministres de l’Education, le premier pour l’instigation du logiciel Signa et le second pour l’usage démesuré de ses statistiques dans les établissements scolaires

- Procureur Dintilhac et Juge Bruguieres, pour des écoutes téléphonique sur avocats et journalistes

- CSPLA, Conseil supérieur de la propriété artistique, pour ses positions sur la copie privée

+ Catégorie 2 - Entreprises, organisations professionnelles

- Atos Origin (SIS-II), pour la mise en oeuvre du fichier Schengen

- La Poste, surveillance électronique des employés

- Carrefour, pour ses menaces de délation sur les étrangers via une société de recouvrement

- Thales, pour ses fournitures de technologies de fichage en Chine

- BNP Protection Habitat, promotion et discours sécuritaire

Autres candidats dans cette catégorie : Noos (entrave au droit d’accès des fichiers nominatifs), ADAPI (Agence de lutte contre la fraude aux logiciels), AVESTA (promotion de systèmes de géolocalisation).

+ Catégorie 3 - Localités, politiques urbaines

- Maire et Procureur d’Albertville pour une affaire de fichage des jeunes par la police municipale

- Gérard Collomb, maire de Lyon pour sa politique de contrôle sécuritaire, vidéosurveillance, traçage électronique des transports ;

- Dominique Perben et la ville de Chalon sur Saône pour ses projets de "traçage" des familles prévus dans son contrat local de sécurité ;

- Florent Montillot, maire adjoint, Orléans pour ses initiatives en matière de contrôle sécuritaire et de politique familiale ;

- Nicole Gouéta, maire de Colombes (92) pour ses mesures de contrôle sécuritaire et projets de vidéosurveillance

- Charles Ceccaldi-Raynaud, maire de Puteaux (92) pour ses projets de vidéosurveillance et son refus de concertation

- Autre canditatures de municipalités : Mulhouse, Marseille, Nîmes

+ Catégorie 4 - Technologies, produits et systèmes

- Géoprévention (Data-Image), logiciel de "cartographie de la délinquance" conçu pour croiser les données et classifier les zones de circulation

- Securbus (Intégral Média), système de surveillance des transports et de contrôle des individus

- Palladium (Microsoft), projet de système informatique qui menace la vie privée et le libre choix de l’utilisateur

- Carte Tecely (Transports Lyonnais/SYTRAL), le pass électronique lancé à Lyon depuis l’été 2002 en conservant les données de déplacement pendant 13 mois

- Monéo (Billetique Monétique Services), le porte monnaie à puce qui laisse des traces pour des achats de la vie quotidienne

- Autres candidats dans cette catégorie : Pass Navigo (RATP Paris), Aspirateurs de mails (spam)

+ Prix spécial du Jury pour l’Ensemble de son oeuvre

- Terminaux CB - GIE Cartes Bancaires, pour le traçage des achats CB laissés sur les réseaux bancaires et les terminaux des commerçant, preuve de nos déplacements et de nos habitudes,

- Nicolas Sarkozy, pour son passé sécuritaire et ses lois ou projets de loi en cours sur la sécurité

- Alain Bauer, consultant influent pour son zèle à prôner le recours à la surveillance dans ses conseils sécuritaires sur la tolérance zéro auprès d’entreprises ou de collectivités locales.

+++++++++++++++

LES VOLTAIRE DE LA VIGILANCE

Ensemble des candidats - affichage selon domaines : http://www.samizdat.net/bba/ Sont nominés dans quatre domaines d’intervention :

1 Vie privée, correspondances et données personnelles

- Collectif Kitetoa.com, pour leur travail de veille sur les atteintes répétées à la Loi Informatique et Libertés de la part de sites internet publics ou privés

- Globenet, pour le service No-log de protection des données personnelles, en réaction au vote du principe de la rétention des données obligatoire (LSQ)

- Act Up Paris , pour leur travail constant de ré-information et de défense des droits et des libertés des plus démunis, notamment sur les traitements des données médicales.

- Union CFDT de Savoie, les responsables locaux ont dénoncé le fichage de jeunes par la police municipale ;

2 Liberté de circulation, de rassemblement

- Collectif Non à Big Brother (Lyon), pour leur travail d’information et de résistance à la vidéosurveillance et au contrôle des populations sur la ville de Lyon ; - Collectif RATP (Paris),

- Opération No Border/ D-Sec opération d’information sur le Système d’information Schengen SIS II organisée en juillet à Strasbourg à l’occasion du camp No Border.(Strasbourg) ;

- Collectif TCL (Lyon),

- GISTI Le GISTI pour son combat en faveur des droits des immigrés, et en particulier pour la liberté de circulation.

3 Moyens de surveillance et contrôle sécuritaire

- Association internet solidaire IRIS, pour ses alertes et actions contre les projets menaçant les libertés sur internet, dont une plainte contre la France en 2002 (rétention des données) ;

- Collectif Les mots sont importants, pour son travail de ré-information, de veille et de critiques autour des politiques, mythes et amalgames sécuritaires ;

- Francis Teitgen (ex-batonnier, Ordre des avocats Paris), pour avoir pris position dans le Figaro suite aux attentats du 11 septembre, "Liberté vient avant sécurité" ;

- Laurent Muchielli et le collectif CLARIS, pour son travail de ré-information et de mise en évidence de la des manipulations du discours sur "l’insécurité".

4 Liberté d’expression et d’information

- Bureaux d’étude - Strasbourg (Univ. Tangente), pour son travail de décryptage géocentrique des leviers de pouvoirs politico-économiques, présentés sous forme de posters graphiques ;

- Renseignementsgeneraux.net, pour son travail de veille, d’information et de facilitation du droit d’accès des citoyens aux différents fichiers de l’administration ;

- Pierre Carles, documentariste dénonçant la cuisine des médias, censures et manipulations et tout "discours dominant" ;

- Ligue Odebi, pour sa campagne de défense de la liberté d’expression sur les forums internet "zéro forums"

- Samizdat.net, pour son travail d’information et de rencontres - zelig - sur les atteintes aux libertés et à la vie privée, la résistance aux politiques totalitaires de contrôle des individus. +++++

Rendez-vous le 20 janvier dans la soirée pour le palmarès.

Orwell Party à partir de 19h entrée libre

Flèche d’Or Cafe, 102bis rue de Bagnolet, 75020

Mo : Alex. Dumas http://www.flechedor.com L’équipe des BBA France

http://www.bigbrotherawards.eu.org/

+ Contacts presse : contactbba-f(@samizdat.net).

Remise des prix le 20 janvier 2003 à Paris à partir de 19h

Fleche d’Or Cafe 102bis, rue de Bagnolet 75020

Mo : A. Dumas / Pte de Bagnolet

Vous pouvez toujours proposez vos candidats... jusqu’au 31 décembre 2002 -> Formulaire en ligne : http://www.samizdat.net/bba/

Paris, 13 décembre 2002 ### Privacy International remettra les prochains Big Brother Awards à l’occasion d’une ’Orwell Party’ ouverte au public, le 20 janvier 2003 au Fleche d’Or Cafe à Paris.

Le public est toujours invité à participer à la sélection des champions de la surveillance technologique, en remplissant le formulaire archivé à cette adresse : http://www.samizdat.net/bba/

Quelques-uns des responsables de la sélection BBA France seront présents vendredi et samedi 13 et 14 décembre lors de débats organisés dans le cadre de la semaine Zelig-rc2 dédiée aux réseaux libres et à la résistance électronique.

Déjà plusieurs dizaines de candidatures ont été soumises par le public. Comme par exemple cette administration qui surveille abusivement ses employés, des projets ministériels ou parlementaires sur l’élargissement du fichage et du contrôle social, des personnalités publiques ou des élus locaux qui jouent sur la fibre sécuritaire en vantant la vidéo-surveillance, et enfin des technologies de plus en plus intrusives repérées dans les transports publics, les réseaux de communication ou les quartiers sensibles.

Privacy International mettra aussi l’accent sur le travail de ceux qui s’élèvent et se battent pour empécher l’érosion croissante de notre vie privée en remettant cette année plusieurs ’Prix Voltaire’.

Après la délibération du jury - fort du soutien de la Fédération internationale des ligues des droits de l’homme (FIDH) et de la toute nouvelle Fédération informatique et libertés (FIL) - une short-list des candidats les plus en vue sera publiée.

Bien à vous, l’équipe des BBA France http://www.bigbrotherawards.eu.org/

+ Remise des prix 20 janvier 2003 : Fleche d’Or Cafe, 102bis, rue de Bagnolet 75020 Paris. Mo : A. Dumas / Pte de Bagnolet. Entrée libre à partir de 19h.

+ Zelig rc2 (9-15 dec 2002) - CICP, 21 ter rue Voltaire 75011 Paris : http://www.zelig.org

+ Soutiens techniques et logistiques : Samizdat, centre site fédérateur de médias alternatifs (http://www.samizdat.net) Globenet, services internet pour ONG (http://www.globenet.org)

+ Contacts presse : contactbba-f(@samizdat.net). + Contact téléphonique possible par retour d’email.

Les palmes de la surveillance

France - Edition 2002

http://www.bigbrotherawards.eu.org/

Appel à soumissions - Proposez vos candidats...

- > Formulaire en ligne :

http://www.samizdat.net/bba/

Paris, 8 Novembre 2002 ### Privacy International appelle le public français à se joindre au concert de candidatures des Big Brother Awards 2002 pour consacrer à nouveau les champions de la surveillance technologique. La remise des prix aura lieu en janvier 2003, nous y reviendrons en détail à l’occasion de la réunion Zelig rc2, du 9 au 15 décembre à Paris, une semaine de débats et d’ateliers sur les réseaux, le logiciel libre et la résistance électronique.

Les BBA, organisés pour la troisième année consécutive et présents à ce jour dans une quinzaine de pays, poursuivent leur objectif de dénoncer toute institution ou personne s’étant distinguée par son mépris du droit fondamental à la protection de la sphère privée, ou par sa promotion de la surveillance et du contrôle des individus (Prix ’Orwell’). Privacy International récompense aussi les "anti-Big Brother", ceux qui se sont élèvés contre ces dérives (Prix ’Voltaire’).

Un jury citoyen d’une dizaine de personnes - militants associatifs, juristes, journalistes ou sociologues - se réunira en janvier 2003 pour délibérer. Pour le sélectionner Privacy International s’est entouré en France d’un réseau de collectifs qui apportent leur soutien et expertise.

Cette année Privacy International s’est rapproché de la Fédération internationale des ligues des droits de l’homme (FIDH), et participe aux travaux de la toute nouvelle Fédération informatique et libertés (FIL). Continuent de participer à l’opération les associations Souriez vous êtes filmés, Non à Big Brother (Lyon), l’Observatoire du droit des usagers des institutions sociales (ODU), le collectif anti-spam Caspam et le site d’infos sur la cryptographie Openpgp.fr.st, BugBrother.com, dédié à la protection de la vie privée, Samizdat.net ("L’information veut être libre !").

+ Désignez vos Big Brother...

Chacun(e) peut proposer des candidats aux Big Brother Awards.

Quatre catégories principales toujours en jeu pour les prix Orwell :

1. Etat, administrations, élus et personnalités

2. Entreprises privées, organismes professionnels

3. Localités, politiques urbaines

4. Technologies, produits et systèmes

5. Prix spécial ’Ensemble de son oeuvre’

Le candidat doit s’être distingué, pour son mépris ou sa négligence, dans au moins un des domaines suivants : vie privée et secret des correspondances ; liberté de circulation, de rassemblement ; conception, promotion de moyens de surveillance ; liberté d’expression, information du public.

Afin que soit rendue possible l’évaluation des atteintes ou attaques en question, la soumission doit comporter un court argumentaire résumant les faits qui appuient la candidature. La pertinence de la nomination dépend de sa concision (le ’cas’ sera d’autant remarqué qu’il sera limpide - en rapportant paroles, actes ou écrits du candidat) et des ressources publiques sur lesquelles elle repose (articles, déclarations, documentation techniques, textes réglementaires, rapports d’autorités indépendantes ou décisions de justice).

Les propositions doivent être adressées par écrit :

- en utilisant le formulaire en ligne http://www.samizdat.net/bba/

- par email : contactbba-f @ samizdat.net

Bien à vous,

l’équipe des BBA France :

http://www.bigbrotherawards.eu.org/

+ Remise des prix 20 janvier 2003 (à confirmer, sous reserve).

Confirmations le 9 décembre lors des ateliers Zelig rc2 (9-15 dec 2002) - CICP, 21 ter rue Voltaire 75011 Paris http://www.zelig.org

+ Soutien technique et logistique :

Samizdat, centre site fédérateur de médias alternatifs http://www.samizdat.net Globenet, services internet pour ONG http://www.globenet.org ###

+ A propos des Big Brother Awards International

Lancée par Privacy International en octobre 1998 à Londres, cette cérémonie vise à stigmatiser les menaces à la vie privée en montrant du doigt les personnes, institutions et sociétés privées les plus actives dans la promotion ou la conception de technologies de surveillance des individus. En 2002 les BBA ont été organisés dans une quinzaine de pays d’Europe et d’Amérique du Nord (derniers en date : Danemark, Finlande, Espagne, Belgique). L’esprit s’inspire du roman "1984" de George Orwell, et a obtenu le soutien moral de Richard Blair, fils d’Orwell (de son vrai nom Eric Blair). + Site fédérateur (anglais) : http://www.bigbrotherawards.org + Site BBA-F (français) : http://www.bigbrotherawards.eu.org

+ A propos de Privacy International

PI est une ONG créée à Londres en 1990 pour éveiller l’opinion sur l’érosion de la vie privée et pour lutter contre les nouvelles technologies de surveillance des individus. Depuis, PI a été à l’origine d’une trentaine de conférences, participant en tant qu’ONG a des dizaines de réunions internationales, à des milliers d’interventions ou d’interviews dans les médias, organisant des campagnes de sensibilisation, témoignant auprès d’instances gouvernementales ou parlementaires, comme la Chambre des Lords, le Parlement canadien, l’OCDE, l’UNESCO, le Parlement européen et l’Assemblée du Conseil de l’Europe. Enregistrée au Royaume-Uni en tant qu’association à but non lucratif (Non-profit Limited Company n° 4354366). + Infos et contacts : http://www.privacyinternational.org

cf, aussi, les communiqués et la revue de presse 2001

Contact : contactbba-f @ samizdat.net