M. Biard (maire, Vitry-le-Francois) & R.-P. Savary (président, CG Marne)

Fichage illégal des précaires avec la collaboration « forcée » des services sociaux.

Dans le cadre de l’avant-projet de loi Sarkozy contre la prévention de la délinquance, Vitry-le-François a été choisi comme ville « test ».

Le président du conseil général (CG) de la Marne, René-Paul Savary (UMP), a pris l’initiative de ficher toutes les personnes qui avaient rencontré un travailleur social en 2003. Il a pour cela demandé à tous les travailleurs sociaux, ainsi qu’aux organismes logeurs de sa ville, de noter sur une fiche les nom et prénom de la personne, son adresse, ses revenus et ses « problématiques » (toxicomanie, alcoolisme, marginalité, etc.). Il a demandé à ce que la population ne soit pas prévenue de ce fichage, et n’a pas effectué de déclaration préalable à la CNIL.

JPEG - 423.6 ko
Questionnaire distribué en février 2004 aux travailleurs sociaux de Vitry-le-François (Marne)

Les fiches ont été envoyées également à la Caisse d’allocations familiales, à la Mission locale pour la jeunesse, aux organismes logeurs, au Centre communal d’action sociale, à l’Education nationale, à l’UDAF, à la Sauvegarde de l’enfance, à l’EPSDM (service de santé mentale)...

Si, dans un premier temps, le personnel du CG a refusé d’obtempérer, les pressions diverses (dont convocations des récalcitrant(e)s par la hiérarchie) sont venues à bout de la désobéissance, une bonne part du personnel n’étant pas encore titularisé.

Le maire de Vitry-le-François, Michel Biard (UMP), est également nommé pour complicité active. Il s’est réjoui du dispositif dans une interview accordée à l’Union (journal local) le 27 janvier 2004 : il espère ainsi palier un dispositif policier qu’il estime déficitaire, les 52 policiers dont sa ville bénéficiait ayant été remplacés par une trentaine de gendarmes.

MISE A JOUR
- Cliquez sur l’image pour afficher le document controversé (lien direct ici (fichier PDF).
- Lire aussi notre article du 7 novembre 2006, "La CNIL très active dans la prévention de la délinquance... des élus locaux".