Euro-Case et les Trophées européens de l’innovation

Pour avoir remis deux des trois principaux "prix" récompensant les meilleures technologies européennes à des dispositifs de surveillance des internautes (Advestigo, France) et des personnes (Guardia, Danemark)

Le prix européen des technologies de la société de l’information, la distinction la plus prestigieuse pour les produits ou services innovants dans le domaine des technologies de la société de l’information, est organisé chaque année par la Commission européenne et le Conseil européen des Académies des sciences appliquées et d’ingénierie (Euro-CASE).

Ce prix est ouvert chaque année aux entreprises ou organisations présentant un produit innovant dans le domaine des technologies de l’information et qui possède un potentiel commercial prometteur.

Basé à Paris, Euro-CASE regroupe des institutions d’une vingtaine de pays, soit quelques 6000 experts, et a pour mission de fournir "un avis impartial, indépendant et équilibré" pour ce qui est des questions technologiques que se posent les institutions européennes, tout en s’assurant de leurs "impacts sociétaux".

En 2006, ils ont certes récompensé une mémoire d’ordinateur capable de résister aux radiations et à une température de 200°C, mais aussi "un système de sécurité qui reconnaît les visages, et un système d’ « empreintes digitales » pour le contenu numérique en vue d’empêcher le piratage multimédia".

Mme Viviane Reding, membre de la Commission responsable de la société de l’information et des médias, a, selon le communiqué de presse de la Commission, déclaré : "Nous célébrons ce soir des entreprises européennes qui excellent en matière d’innovation, de créativité et d’esprit d’entreprise dans le domaine des technologies de l’information et des communications. Leurs produits peuvent être intégrés dans ceux d’autres entreprises dans de nombreux secteurs, pour renforcer ainsi la compétitivité de l’économie de l’UE dans son ensemble".

Les trois lauréats du grand prix ("de mérite égal") ont chacun reçu 200.000 euros. En l’occurence, celles qui nous "intéressent" sont :

- Guardia (Danemark), pour le système Guardia Control
Il s’agit d’un système fiable et précis de reconnaissance des visages en trois dimensions pour des applications de sécurité. Guardia Control enregistre les visages et les caractéristiques des personnes en trois dimensions et mesure la température des visages. Ce système est caractérisé par un taux extrêmement élevé de reconnaissance des visages par rapport à des images enregistrées dans une base. Guardia, qui a été créée en 2003, emploie deux personnes, plus un certain nombre de sous-traitants.

- Advestigo (France), pour AdvestiSEARCH
AdvestiSEARCH calcule les « empreintes digitales » numériques pour du contenu numérique multimédia, ce qui permet de détecter les copies totales ou partielles de produits originaux. Ce service automatisé de protection des droits d’auteur permet aux créateurs de contenu numérique de contrôler l’utilisation illicite de leurs actifs numériques multimédias sur l’internet.

Advestigo, qui a été fondée en 2002, emploie actuellement vingt-huit personnes. Dans une interview intitulée "Nous pouvons exercer une surveillance sur l’ensemble des supports virtuels : réseaux d’échanges pair à pair, forums, blogs, sites", Christophe Tilmont, directeur marketing et business développement d’Advestigo, déclarait fournir "un service de recherche de contenus aux sociétés d’auteurs et aux majors de l’industrie audiovisuelle inquiètes du piratage des oeuvres dont elles détiennent les droits, et exercer une surveillance sur l’ensemble des supports virtuels : réseaux d’échanges pair à pair, forums, blogs, sites. Nous retrouvons les mises à dispositions illégales. Nous pouvons dresser des rapports statistiques, faire un état des lieux en ce qui concerne la diffusion de tel ou tel contenu, collecter des informations qui pourront étoffer les dossiers des ayants droit en cas de procédure judiciaire". [1]