Florent MONTILLOT, maire adjoint d’Orléans

Inspirateur de la politique sécuritaire de la ville, cet adjoint est un adepte des thèses d’Alain Bauer et des caméras de video-surveillance, pionnier en matière de "couvre-feu" pour les moins de treize ans...

Explications : Adjoint au maire d’Orléans, Florent Montillot est l’inspirateur de la politique antisécurité de la ville, adepte des thèses d’Alain Bauer et des caméras de video-surveillance, a été pionnier pour mettre en oeuvre des "couvre-feu" contre les moins de treize ans, des arrêtés anti-prostituées, antibivouacs... et va proclamer, le 7 décembre prochain, les résultats d’une "Enquête de victimisation".

Voila son opinion sur les "familles à problèmes" (1) :

- Vos solutions pour lutter contre l’absentéisme ?

- Avec le procureur de la république d’Orléans, on essaye déjà de faire appliquer le code Pénal. Et de mettre en place avec la CAF un dispositif de suppression d’allocation familiales, si les enfants ne vont plus à l’école.

- C’est illégal !

- Non, l’article 22-27 du Code Pénal sanctionne le défaut d’éducation des parents. Et des circulaires ministérielles rendent obligatoires aux CAF de suspendre les allocations au bout de 4 absences scolaire injustifiées dans le mois.

- Mais en supprimant les allocations on ne règle pas le problème !

- Si car c’est une manière de responsabiliser les parents. J’ai crée un comité d’admonestation qui réunit un membre de la CAF, un de l’action sociale du Conseil Général et un de la ville d’Orléans. On explique aux parents les sanctions qu’ils risquent, l’expulsion d’un logement ou la suspension d’allocations par exemple. En 2002, on a réuni une vingtaine de familles, la moitié ont été sanctionnées. Ce qui veut dire que les autres parents sont intervenus auprès de leurs enfants."

"Arrêtés antialcool, antibivouacs, antiprostitution, couvre-feu pour les mineurs, caméras vidéo dans les rues : à Orléans (125000 habitants), on ne lésine pas sur les moyens pour lutter contre l’insécurité. (...) Autre innovation à Orléans depuis deux mois, un nouvel outil est venu renfoncer le dispositif "sécuritaire" : la vidéo-surveillance. Douze caméras balaient les sites à risque : le centre-ville mais aussi les quartiers sensibles...(...) La vidéo permet de matérialiser les faits auprès du procureur, mais aussi de prévenir la police nationale quand l’affaire est grave", explique Florent Montillot."(2)

"Derrière ces options, on retrouve Florent Montillot, conseiller régional (apparenté DL) d’Ile-de-France. Proche de Millon, de Pasqua, ayant sévi dans les Hauts-de-Seine, c’est un proche d’Alain Bauer, le pape du tout sécuritaire. Qui s’est vu, comme par hasard, confier l’enquête de victimation sur Orléans qui commencera au début de l’année prochaine. (...)"(3)