Bernard Brochand, maire de Cannes

L’ancien publicitaire n’a pas seulement multiplié les caméras de surveillance dans sa commune, il a surtout usé d’un discours déviant parlant de "protection" et non de "surveillance" pour justifier sa politique

JPEG - 7.6 ko
Affiche de propagande de la mairie de Cannes

"Souriez vous êtes protégés". C’est le slogan des affiches de la mairie de Cannes, sans doute la première à oser employer ce terme novlangue si cher aux promoteurs de la surveillance des espaces publics. (cf photo ci-jointe)

Dans le roman d’Orwell, le slogan roi était "La guerre c’est la paix". A Cannes, les caméra de surveillance ne sont pas là pour surveiller mais pour "protéger" les habitants.

L’arsenal de la ville en la matière, de l’aveu même de Brochand, est de 200 caméras. [1]

Et pendant le festival du film, la mairie ne pouvait pas rester insensible aux besoins sécuritaires des professionnels ou de la jet-set : le maire a lancé le doux concept de « Vidéo Surveillance à la carte ». « Reliées à un poste central de surveillance, elles sont d’une esthétique soignée afin de s’intégrer à tous les décors. Divers capteurs intégrés au système d’analyse permettent de faire effectuer une intervention en cas d’alarme de présence ou autre sur le stand. » [2]

Notes

[1Dialogue en direct du maire organisé par le quotidien Metro, 23-02-2008.

[2Cf le site du festival.