BBA 2003 : Big Brother Awards France : le palmarès

Paris, 06 février 2004. ### La quatrième édition française des Big Brother Awards s’est clôturée le 4 février 2004 par la remise des prix sanctionnant les champions de la surveillance de l’année écoulée.

Pour établir le palmarès Privacy International a réuni un jury de huit personnes : artiste, universitaires, avocats, philosophe et magistrat, certains d’entre-eux représentant le Centre d’études sur les conflits, le Groupe d’information et de soutien des immigrés (GISTI), la Ligue Odebi, le Syndicat des avocats de France (SAF) et le Syndicat de la magistrature (liste complète en fin de communiqué).

Le jury s’est prononcé pour "honorer" six projets, institutions ou entreprises ayant porté atteinte à la vie privée ou négligé de la protéger, ou pour avoir fait la promotion de la surveillance individuelle ou collective, ainsi qu’un prix "Voltaire" soulignant l’action de résistance d’individus ou de collectifs.

Ce palmarès 2003 retiendra également la décision inédite du jury de décerner un "prix Sarkozy" à Pascal Nègre, président d’Universal Music France. L’an passé, Nicolas Sarkozy avait en effet été déclaré hors compétition pour "dopage et exhibitionnisme". Pour les mêmes raisons, le jury a exclu Pascal Nègre de la liste des prétendants aux prix Orwell 2003, et décidé de créer ce prix spécial, destiné à récompenser ceux qui usent et abusent, notamment dans les médias, des incitations à la surveillance et aux atteintes à la vie privée.

Enfin, fait exceptionnel, deux membres de la Commission nationale de l’informatique et des libertés ont été nominés dont l’un sélectionné dans la catégorie Ensemble de son oeuvre. Le premier, Philippe Lemoine, a été reconduit pour cinq ans il y a quelques jours, alors que ses activités privées (Galeries Lafayette) sont incompatibles avec la loi de 1978. Quant au sénateur Alex Turk, élu tout nouveau président de la Cnil la veille de la remise des prix, il a échappé de justesse à la récompense suprême. Son dossier de candidature avance quelques arguments pour que son mandat puisse être résolument orienté vers la protection de la vie privée du citoyen.

Rappel : tous les éléments à charge retenus contre les quelque 48 candidats nominés et sélectionnés sont archivés ici : http://nomines.bigbrotherawards.eu.org/index.php?rp=1

Le palmarès :

+ Catégorie "Etat, administrations, élus et personnalités"

Dominique Perben, garde des Sceaux, et Nicolas Sarkozy, ministre de l’Intérieur, pour le projet de loi sur la "criminalité organisée", dit Perben II, qui porte gravement atteinte à l’indépendance de la justice et introduit de nombreuses mesures remettant en cause les droits de la défense.

Dauphins : la Gendarmerie nationale pour son arsenal de guerre électronique déployé lors du dernier sommet du G8 à Evian ; et le trio Fontaine/Dionis/Ollier pour leurs actions respectives dans le cadre du projet de loi pour la confiance dans l’économie numérique.

+ Catégorie "Entreprises privées, organismes professionnels"

Denis Kessler et la Fédération des assureurs (FFSA), pour vouloir mettre fin au secret médical. La FFSA et son ex-président Kessler, parti fin 2002, militent ouvertement afin de mettre fin au secret médical, en réclamant d’avoir accès aux données personnelles transmises dans les feuilles de soins électroniques (FSE).

Dauphins : Claritas France et ses questionnaires biaisés pour enrichir ses mégabases de consommateurs ; et Aéroports de Paris pour avoir lancé un recensement biométrique portant sur 90.000 personnes.

+ Catégorie "Localités, politiques urbaines"

Ecole Immaculée Conception et le collège Jeanne d’arc, à Angers. Depuis 1999, l’accès à la cantine de l’Institution Immaculée Conception d’Angers, un établissement d’enseignement catholique allant de la maternelle au collège, est réglementé par un système de reconnaissance biométrique basé sur les empreintes digitales. Au collège Jeanne d’Arc, le système est en place depuis 2 ans. Aucun des deux n’a été déclaré à la CNIL : la méthode est jugée disproportionnée et discriminatoire. Le jury a tenu à mettre ce candidat en avant pour le caractère banalisant, auprès des enfants, de ces techniques d’intrusion dans les parties les plus intimes des individus.

Dauphins : le commissaire de Douai Jachy Maréchal a été battu d’une courte tête par les écoles d’Angers, pour son projet de "citoyens-relais" déjà abondamment commenté dans la presse. Ensuite c’est le Conseil général des Hauts-de-Seine, et son "conseiller" Philippe Schartz, qui arrivent troisième.

+ Catégorie "Technologies, produits et systèmes"

La société Inside Contactless l’a emporté pour avoir vendu au gouvernement chinois 10 millions de puces "peRFIDes" à radiofréquence (RFID). Grace aux cartes équipées de ces puces et aux lecteurs placés sur les campus, le gouvernement va pouvoir pister les allers et venues de tout étudiant. Le jury est resté sensible au fait que des technologies les plus intrusives sont vendues à des dictatures comme des produits de consommation courante. Les RFID sont également l’une des grandes innovations technologiques de ces dernières années, qu’il fallait donc mettre à l’index pour tenter d’en prévenir les dérives.

Dauphins : le projet de la Mission du gouvernement contre la toxicomanie (MILDT) de ficher les fumeurs de cannabis ; et le fichier "positif" des demandeurs de crédits que la société Experian a lancé contre l’avis de la Cnil notamment.

+ Prix Orwell européen

Le Conseil des ministres européens pour la Justice et les affaires intérieures (Conseil JAI), pour avoir encouragé des mesures contraires à la démocratie et aux droits de l’homme profitant des attentats du 11 septembre 2001, notamment la rétention systématique et préventive des données de communication, des politiques d’immigration remettant en cause le droit d’asile, et l’usage intensif de la biométrie pour contrôler toute personne entrant et circulant sur le territoire de l’UE.

Dauphins : les fichiers Eurodac (fichage biométrique des demandeurs d’asile), et SIS (Système d’Information Schengen), fichier des personnes considérées par l’un des Etats de l’UE comme indésirables.

+ "Prix spécial Ensemble de son oeuvre"

Thalès, ex-Thomson CSF, pour son large éventail de technologies sécuritaires. Récidiviste de la nomination aux BBA, Depuis ses panoplies de vidéosurveillance éparpillées dans les espaces publics, jusqu’à ses dispositifs de contrôle des individus ou des réseaux de communication publics - notamment l’internet. Thalès compte de surcroît parmi ses clients les États les plus totalitaires.

Dauphin de luxe pour ce prix spécial : Alex Turk, le tout nouveau président de la Cnil, dont la nomination avait été validée bien entendu bien avant son élection du 3 février. Et ensuite le ministère de la Santé, "usual suspect" lui aussi des BBA pour les atteintes au secret médical du système Sesam-Vitale (révélées en 2003 par l’opération "Cadeus").

+ "Prix Sarkozy du Dopage"

Décerné à l’unanimité à Pascal Nègre, président d’Universal Music France, déclaré donc inéligible pour un prix Orwell. Ce "Prix du Dopage" lui revient pour son zèle à influencer les médias, les hommes politiques et les citoyens, de la nécessité de montrer les internautes comme des présumés pirates et les intermédiaires techniques comme des auxiliaires de justice. Autant de talents que l’intéressé a déployés tout au long de l’année 2003 pour justifier les articles de loi répressifs qui servent les intérêts de son groupe - la loi sur l’économie numérique (LEN), mais aussi le paquet Télécoms et le projet de loi sur les droits d’auteurs et droits voisins.

+ Prix Voltaire

C’est un collectif d’éducateurs de rue de Chambéry qui a été distingué, devant l’initiative MIGREUROP, l’administrateur Michel Bouissou et le sénateur René Trégouet.

L’Association de sauvegarde de l’enfance et de l’adolescence (ADSEA) des Savoies a en effet signé en novembre 2003 une "convention" avec la police nationale, qui entrevoit ce que prépare en 2004 Nicolas Sarkozy en matière de répression de la délinquance juvénile : les travailleurs sociaux y sont contraints à devenir des indicateurs de police en puissance. Avec le soutien du syndicat SUD, ils se sont opposés à cette mesure en faisant grève et en manifestant publiquement.

Les gagnants et leur dossiers :

http://nomines.bigbrotherawards.eu.org/index.php?gng=1

Les diplômes : http://nomines.bigbrotherawards.eu.org/diplomes/

L’ensemble candidats : http://nomines.bigbrotherawards.eu.org/

ORWELL PARTY

La retransmission de la soirée est disponible sur le site Teleplaisance.org. Les organisateurs proposent aussi à la vente des DVD de la remise des prix avec plus de 2 heures d’images inédites et garanties "pas vu à la télé", qui permettra de financer les prochaines actions : http://www.teleplaisance.org (pour ceux qui n’ont pas le plug-in Fash 6 : http://teleplaisance.org/BBA/).

RAPPEL : Liste des membres du jury de l’édition 2003 :

- Renaud Auguste-Dormeuil, artiste et vidéaste

- Nathalie Bayon, politiste et historienne, Centre d’études sur les conflits

- Violaine Carrere, vice-présidente du Groupe d’information et de soutien des immigrés (GISTI)

- Pascal Cohet, membre fondateur et président de la Ligue Odebi

- Jean-Jacques Gandini, avocat, membre fondateur de la revue Réfractions

- Marianne Lagrue, avocate, représentante du Syndicat des avocats de France (SAF)

- Valerie Marange, philosophe, comité de rédaction de la revue Chimères

- Clement Schouler, magistrat, représentant du Syndicat de la magistrature.

L’équipe des BBA France vous donne rendez-vous l’an prochain. http://www.bigbrotherawards.eu.org/

Calendrier des prochaines cénémonies en Europe et dans le monde : http://www.bigbrotherawards.org/

+ Contact : infobbafr[at]bigbrotherawards.eu.org

Big Brother Awards France 2003 : les nomines, le jury

Paris, 30 janvier 2004 ###La 4ème édition en France des Big Brother Awards dévoile aujourd’hui la liste des candidats nominés pour le palmares 2003, dont les lauréats seront rendus publics au cours de l’Orwell Party qui se déroulera le 4 février à 20h au centre cuturel La Clef à Paris (détails plus bas).

Toute personne ou institution ayant porté atteinte à la vie privée, négligé de la protéger ou faisant la promotion de la surveillance individuelle ou collective, peuvent se voir primer et recevoir un "Orwell" dans 5 catégories (lire la liste ci-après), dont l’un désignant cette année une atteinte d’envergure européenne (Orwell UE) - le tout couronné par un Prix spécial Ensemble de son oeuvre. Comme toujours le Prix Voltaire couronnera encore une fois l’autre côté du miroir, les chasseurs de Big Brother.

Les dossiers de candidature, selon des critères déclinés par Privacy International dans plus de quinze pays, s’inspirent de faits, actes, propos ou initiatives constatés dans le courant de l’année 2003. Le public a été invité dès le 21 novembre à participer à la sélection.

Privacy International a réuni pour l’occasion un jury citoyen composé comme suit :

- Renaud Auguste-Dormeuil, artiste et vidéaste

- Nathalie Bayon, politiste et historienne, Centre d’études sur les conflits

- Violaine Carrere, vice-présidente du Groupe d’information et de soutien aux immigrés (GISTI)

- Pascal Cohet, membre fondateur et président de la Ligue Odebi

- Jean-Jacques Gandini, avocat, membre fondateur de la revue Réfractions

- Marianne Lagrue, avocate, représentante du Syndicat des avocats de France (SAF)

- Valerie Marange, philosophe, comité de rédaction de la revue Chimères

- Clement Schouler, magistrat, représentant du Syndicat de la magistrature

Voila un bref aperçu de la sélection 2003 :

Tous les dossiers des nominés, y compris ceux hors compétition, sont consultables intégralement à l’adresse : http://nomines.bigbrotherawards.eu.org

ORWELL DE LA SURVEILLANCE

Catégorie : 1. Etat, administrations, élus et personnalités

- Conseil supérieure de la propriété littéraire et artistique (CSPLA) - pour avoir inspiré bon nombre de mesures législatives liberticides sur l’internet ;

- Dominique Perben, Garde des Sceaux, assisté de Nicolas Sarkozy - pour le projet de loi sur la grande criminalité, qui valide sans sourciller de multiples empiètements de la sphère policière sur la justice française ;

- La direction de la Gendarmerie - pour avoir déployé un arsenal de guerre électronique pour surveiller des milliers de militants pacifistes lors du dernier sommet du G8 à Evian ;

- Nicole Fontaine, ministre de l’Industrie - pour son projet de loi sur l’économie numérique et ses multiples atteintes aux libertés ;

- Un arrêt de la Cour de Cassation - pour avoir validé a posteriori l’écoute des conversations téléphoniques entre des avocats et leurs clients.

+ Catégorie : 2. Entreprises privées, organismes professionnels

- Claritas France - pour ses campagnes de questionnaires indiscrets qui exploitent la crédulité du consommateur et dont les données sont ensuite revendues allègrement sans son consentement ;

- Denis Kessler et la Fédération des sociétés des assureurs FFSA - l’ex-président de la FFSA, pilier du Medef, pour sa politique d’influence en vue de réclamer la fin de l’anonymat pour accéder aux feuilles de soins électroniques des assurés sociaux ;

- Les Aéroports de Paris - pour mettre en place une base de donnée biométrique touchant 90.000 personnes employées dans ses différents sites, et pour tester un contrôle du même type pour les passagers ;

- Pascal Nègre, président d’Universal Music France - pour son exhibitonisme médiatique et son travail d’ingérence dans les préparations et débats des textes de loi ; en particulier la loi Fontaine ; pour lui, les intermédiaires techniques sont forcément des auxiliaires de justice et les internautes des présumés pirates ;

- Promoteur Monné-Decroix - pour pour promouvoir l’illusion de la tranquillité et profiter de la vague sécuritaire en vendant clés en main des lotissements dits "sécurisées".

+ Catégorie : 3. Localités, politiques urbaines

- Conseil général des Hauts de seine & Philippe Schwartz - les élus du conseil et leur "conseiller" attitré (sociétés Crayon Noir, Global E-vision), maître d’oeuvre du projet de videosurveillance aux abords des collèges du 92 ;

- Conseil Gal du Var & Ville de Bandol - pour encourager, via des subventions, la moindre petite commune de la Côte d’Azur à s’équiper, Bandol faisant figure de rabatteur de luxe pour convaincre les indécis ;

- Commissaire divisonnaire de Douai Jacky Maréchal - pour proner la délation sous couvert d’un réseau de "citoyens-relais" encourageant à la dénonciation de délits et d’incivilités ;

- La ville de Mantes-la-Jolie - lauréate du même prix en 2001, Mantes est nominée à nouveau pour récidive aggravée, en votant en 2003 une extension du réseau de caméras à toute la ville ;

- Ecoles privées Immaculée Conception & Jeanne d’Arc à Angers - pour avoir illégalement instauré un contrôle des empreintes digitales pour les élèves de ses cantines scolaires, méthode totalement disproportionnée ;

+ Catégorie : 4. Technologies, produits et systèmes

- Blue Eye Vidéo - technologie de "détection des comportements" par vidéo interposée, issu de recherches primées par les BBA en 2000 ;

- Fichier des crédits aux particuliers d’Experian - fichier "positif" croisé entre plusieurs banques sur les encours de crédit ; instauré par la société Experian malgré les avis contraires de la Cnil ;

- Société Inside Contactless (RFID/Chine), vente d’étiquettes sans contact - capable de tracer un individu passant devant une borne située à qqs mètres - qui seront utilisés par les étudiants chinois ;

- Carte à Pouce - Aquarium de Lyon, carte de fidélité à empreinte digitale, pratique disproportionnée et banalisante auprès des enfants ;

- Fichier des consommateurs de cannabis de la MILDT - la mission interministérielle de lutte contre la toxicomanie a comme projet de suivre à la trace les consommateurs de produits stupéfiants, et en particulier de cannabis.

+ Catégorie : 5. Prix spécial Ensemble de son oeuvre

- Alex Turk (Sénat, CNIL) - pour ses fonctions cumulées dans la protection des données et pour ses prises de position sécuritaires devant parlement ;

- Ministère de la Santé / GIE Sesam-Vitale - fichage généralisé des assurés sociaux, entraves au secret médical sous prétexte scientifique (opération Cadeus en 2003) ;

- Snecma - usage répété de pratiques de surveillance et de profilage du personnel ;

- Thales - pour l’ensemble de ses technologies de surveillance des réseaux de communication, des groupes et des individus, et pour sa panoplie de sécurité du territoire "SHIELD"

+ Prix ORWELL UE

- Conseil de l’UE - Justice & Intérieur (JAI) - pour ses multiples mesures sécuritaires - contrôle des télécoms, le fichage des demandeurs d’asile (Eurodac) et des étrangers (SIS), biométrie dans les futures passeports, etc. ;

- Système d’information Schengen (SIS) - la plus grande base de données personnelles d’Europe (2ème génération en 2006) peut croiser des dizaines de fichiers administratifs, en érodant la protection du citoyen et en niant au Parlement de pouvoir de co-décision ;

- Système Eurodac - base biométrique des demandeurs d’asile de l’Union européenne, laboratoire technologique sur cobayes étrangers ;

- UIT / Comité d’organisation du Sommet mondial pour la société de l’information (SMSI) - pour avoir installé un réseau de badges RFID permettant le traçage des participants, en toute opacité sur l’usage des données stockées ;

- Commission européenne - Banque Carrefour de la Sécurité Sociale (Belgique) - une mégabase de prestations sociales, symbole "exemplaire" de e-gouvernement pour Bruxelles.

PRIX VOLTAIRE DE LA VIGILANCE 2003

- Collectif de salariés de l’ADSEA des Savoie - les travailleurs sociaux refusent d’obtempérer à une circulaire qui les transforme en auxilaires de justice ;

- EUCD Info - pour son travail d’information sur les atteintes à la copie privée et à la libre circulation des programmes informatiques ;

- I3C et IRIS - (Valérie Peugeot et Meryem Marzouki) - pour leur travail d’information et de sensibiliation sur les lacunes du Sommet de Genève (SMSI) en matière de droits de l’homme

- Les 3 médecins de l’Aube entrés en résistance - ont choisi de se déconventionner pour protester contre les atteintes au secret médical de Sesam-Vitale

- Michel Bouissou - administrateurs système, militant de la vie privée, auteur de la distribution Knoppix-Mib, CD-Rom "bootable" sur PC

- Pierre Pinard - pour ses sites d’information sur la vie privée dans les réseaux ;

- MIGREUROP - fédération d’ONG européennes, pour ses actions d’information sur les systèmes de contrôles transfrontaliers ;

- Philippe Wolf - un responsable des services de sécurité informatique du gouvernement, pour ses prises de positions remarquées sur les fausses promesses du du contrôle biométrique ;

- Sénateur René Tregouet - pour ses positions défendant la vie privée et la liberté d’expression dans le cadre des débats sur la loi Fontaine ;

- A. E.-Pascual, S. Koch & G. Danezis - chercheurs ayant dénoncé le système de badges RFID au SMSI de Genève ;

RAPPEL

Les arguments, et d’autres candidats hors compétition sont consultables ici : http://nomines.bigbrotherawards.eu.org

ORWELL PARTY

+ Orwell Party, 4 février 2004. Partenaires : Samizdat.net pour la logistique internet, des membres du collectif concert du Centre culturel des cultures populaires de la rue Voltaire (CICP) pour l’encadrement, TéléPlaisance et l’équipe Hors les murs de la Gaité de Paris pour la couverture audiovisuelle, Souriez vous êtes filmés et Les Virtualistes pour l’animation, et bien-sûr le Centre culturel la Clef pour les locaux.

Pour nous aider à couvrir une partie des frais de la soirée, à l’entrée vous serez incité gentiment à contribuer financièrement, mais librement, à cette soirée. NB : il y aura un bar sur place.- La Clef, 21 rue de la Clef, 75005. Métro Censier Daubenton.- A partir de 19h. Cérémonie à 20h.

+ Contact : infobbafr[at]bigbrotherawards.eu.org

+ Presse : contact téléphonique possible par retour d’e-mail.

Big Brother Awards France : remise des prix

Paris, 9 janvier 2004. La remise des Big Brother Awards aura lieu le mercredi 4 février 2004 au Centre culturel La Clef, 21 rue de la Clef 75005 Paris, à partir de 19h.

Les prix Orwell seront remis comme d’habitude dans 4 catégories, avec en prime un prix spécial du jury "Ensemble de son oeuvre". Cette année les jurés seront de plus invités à remettre un autre prix spécial pour sanctionner des projets intrusifs d’envergure européenne (Orwell Europe).

Pendant encore quelques jours, le public est invité à proposer des candidats aux palmes de la surveillance, en remplissant le formulaire archivé à cette adresse : http://candidats.bigbrotherawards.eu.org/. Déjà plusieurs dizaines de candidatures ont déjà été soumises. La date limite des propositions de candidatures est fixée au 16 janvier.

Rappelons que le comité de sélection comme le jury n’ont ni à instruire ni à enquêter sur des éléments rapportés dans une candidature. Bref, dénoncer son prestataire technique, son patron ou son conseiller général sur la base de faits aléatoires n’aboutira pas. Pour faciliter la sélection, nous vous conseillons de respecter ces quelques principes : chaque nomination devra se justifier par des faits avérés et/ou présomptions solides, issus d’une ou plusieurs des sources officielles (écrits, discours, etc.), comme d’informations vérifiables (articles de presse recoupés, documents identifiables, etc.).

Dans une quinzaine de jours la sélection complète de cette édition 2003 sera rendue publique, ainsi que la liste des membres du jury qui vont délibérer.

Orwel Party - 4 février 2003

La soirée de remise des prix - Orwell Party - est encadrée par l’équipe bénévole des BBA France et de ses partenaires : Samizdat.net et Heberge.info pour la logistique internet, TéléPlaisance pour la couverture et l’animation audiovisuelle, aidé cette année par les moyens techniques et l’équipe Hors les murs de la Gaité de Paris, et le Centre culturel la Clef pour les locaux. La video de la remise des prix sera ensuite consultable sur le site http://www.teleplaisance.org.

Pour nous aider à couvrir une partie des frais de la soirée, une participation (libre) vous sera proposée à l ?entrée - et il y aura un bar sur place.

- La Clef, 21 rue de la Clef, 75005. Métro Censier Daubenton.

- A partir de 19h.

Cordialement,

L’équipe des BBA France

Rappels : - Procédure de sélection : http://www.bigbrotherawards.eu.org/2003/procedure.html

- Formulaire de candidature : http://candidats.bigbrotherawards.eu.org/

+ Contact : infobbafr[at]bigbrotherawards.eu.org

+ Presse : contact téléphonique possible par retour d’e-mail.

A propos des Big Brother Awards International

Lancée par Privacy International en octobre 1998 à Londres, cette cérémonie vise à stigmatiser les menaces à la vie privée en montrant du doigt les personnes, institutions et sociétés privées les plus actives dans la promotion ou la conception de technologies de surveillance des individus. En 2002 les BBA ont été organisés dans une quinzaine de pays d’Europe, d’Asie et d’Amérique du Nord (derniers en date en 2003 : Japon et Australie). L’esprit s’inspire du roman "1984" de George Orwell, et a obtenu le soutien moral de Richard Blair, fils du célèbre évrivain, de son vrai nom Eric Blair.

+ Site fédérateur (anglais) : http://www.bigbrotherawards.org

+ Site BBA-F (français) : http://www.bigbrotherawards.eu.org

A propos de Privacy International

+ PI est une ONG créée à Londres en 1990 pour éveiller l’opinion sur l’érosion de la vie privée et pour lutter contre les nouvelles technologies de surveillance des individus. Depuis, PI a été à l’origine d’une trentaine de conférences, participant en tant qu’ONG a des dizaines de réunions internationales, à des milliers d’interventions ou d’interviews dans les médias, organisant des campagnes de sensibilisation, témoignant auprès d’instances gouvernementales ou parlementaires, comme la Chambre des Lords, le Parlement canadien, l’OCDE, l’UNESCO, le Parlement européen et l’Assemblée du Conseil de l’Europe. Enregistrée au Royaume-Uni en tant qu’association à but non lucratif (Non-profit Limited Company n° 4354366).

+ Infos et contacts : http://www.privacyinternational.org

Big Brother Awards - Edition France 2003

Les palmes de la surveillance

Désignez vos Big Brother favoris !

Paris, 21 novembre 2003.### Comme chaque année Privacy International appelle le public français à participer à la sélection des champions de la surveillance, à l’occasion de l’édition France 2003 des Big Brother Awards, dont la remise des prix aura lieu en janvier 2004 (date exacte à confirmer).

Les BBA, organisés en France pour la 4ème année consécutive ainsi que dans une quinzaine d’autres pays, poursuivent leur objectif de dénoncer toute institution ou personne s’étant distinguée par son mépris du droit fondamental à la protection de la sphère privée, ou par sa promotion de la surveillance et du contrôle des individus (désignés "Prix Orwell").

Cette année, une mention spéciale "UE" sera décernée pour stigmatiser des projets ou institutions intrusives émanant de l’Union européenne (Prix "Orwell UE"). Les nominés seront des institutions, officiels ou élus de l’Union européenne, pour leurs projets, déclarations ou textes de loi qui ont gravement compromis la vie privée et la liberté de circulation des citoyens de toutes origines - qu’ils soient ou non ressortissants de l’UE.

Privacy International récompense aussi les "anti-Big Brother", ceux qui se sont élèvés, par leurs écrits ou actions, contre ces dérives sécuritaires (désignés "Prix Voltaire" en France).

Un jury citoyen d’une dizaine de personnes - militants associatifs, avocats, juristes, journalistes ou sociologues - est en cours de constitution. Certains sont membres ou mandatés par les organisations suivantes : Fédération internationale des ligues des droits de l’homme (FIDH), Centre d’études sur les conflits, Fédération informatique et libertés (FIL), Groupe d’information et de soutiens aux travaileurs immigrés (GISTI), Syndicat de la magistrature, Ligue ODEBI, Observatoire du droit des usagers des institutions sociales (ODU), Syndicat des avocats de France (SAF)...

La liste définitive du jury sera rendue publique avec la sélection finale quelques jours avant la remise des prix.

Pour organiser la sélection et la cérémonie (’Orwell Party’), Privacy International s’est entouré en France d’un réseau de collectifs qui apportent leurs soutiens et expertises, comme Globenet, Samizdat.net, Souriez vous etes filmés !, Les Virtualistes, Télé plaisance, le collectif anti-spam Caspam, Openpgp en Français, Bugbrother.com, etc.

###> Procédure de soumission

Chacun(e) peut proposer des candidats aux Big Brother Awards.

Quatre catégories principales sont toujours en jeu pour les prix Orwell : 1. Etat, administrations, élus et personnalités ; 2. Entreprises privées, organismes professionnels ; 3. Localités, politiques urbaines ; 4. Technologies, produits et systèmes.

En plus de ces quatre distinctions, deux "prix spécial" seront donc décernés, l’Orwell UE et celui pour "l’Ensemble de son oeuvre".

Le candidat doit s’être distingué, pour son mépris ou sa négligence, dans au moins un des domaines suivants : vie privée et secret des correspondances ; liberté de circulation, de rassemblement ; conception, promotion de moyens de surveillance ; liberté d’expression, information du public.

La même invitation est faite au public pour proposer des candidats au prix Voltaire, ceux qui se sont élevés , par leurs actions de résistance et d’information, contre les abus désignés dans les quatre domaines désignés plus haut.

Afin que soit rendue possible l’évaluation des atteintes ou attaques en question, la soumission doit comporter un court argumentaire résumant les faits qui appuient la candidature. La pertinence de la nomination dépend de sa concision : le "cas" sera d’autant remarqué qu’il sera limpide - en rapportant paroles, actes ou écrits du candidat) et des ressources publiques sur lesquelles elle repose (articles, déclarations, documentation techniques, textes réglementaires, rapports d’autorités indépendantes ou décisions de justice).

- Les propositions peuvent être adressées par écrit : infobbafr(at)bigbrotherawards.eu.org

- Ou en utilsiant le formulaire en ligne : http://candidats.bigbrotherawards.eu.org/

Bien à vous,

L’équipe des BBA France

- Contact : infobbafr(at)bigbrotherawards.eu.org

- Presse : contact téléphonique possible par retour d’email

* * * * *

A propos des Big Brother Awards International

+ Lancée par Privacy International en octobre 1998 à Londres, cette cérémonie vise à stigmatiser les menaces à la vie privée en montrant du doigt les personnes, institutions et sociétés privées les plus actives dans la promotion ou la conception de technologies de surveillance des individus. En 2002 les BBA ont été organisés dans une quinzaine de pays d’Europe, d’Asie et d’Amérique du Nord (derniers en date en 2003 : Japon et Australie). L’esprit s’inspire du roman "1984" de George Orwell, et a obtenu le soutien moral de Richard Blair, fils du célèbre évrivain, de son vrai nom Eric Blair.

+ Site fédérateur (anglais) : http://www.bigbrotherawards.org

+ Site BBA-F (français) : http://www.bigbrotherawards.eu.org

A propos de Privacy International

+ PI est une ONG créée à Londres en 1990 pour éveiller l’opinion sur l’érosion de la vie privée et pour lutter contre les nouvelles technologies de surveillance des individus. Depuis, PI a été à l’origine d’une trentaine de conférences, participant en tant qu’ONG a des dizaines de réunions internationales, à des milliers d’interventions ou d’interviews dans les médias, organisant des campagnes de sensibilisation, témoignant auprès d’instances gouvernementales ou parlementaires, comme la Chambre des Lords, le Parlement canadien, l’OCDE, l’UNESCO, le Parlement européen et l’Assemblée du Conseil de l’Europe. Enregistrée au Royaume-Uni en tant qu’association à but non lucratif (Non-profit Limited Company n° 4354366).

+ Infos et contacts : http://www.privacyinternational.org