BBA 2001 Les Nominés

BBA : Big Brother Awards France

http://www.bigbrotherawards.eu.org/2001/

Big Brother Awards France

A propos

Nominations

Organisateurs

Presse

BBA 2000

BBA 2001

Nominations aux Big Brother Awards 2001 (voir les gagnants)

(voir aussi les nominés, & les les gagnants de l’édition 2000)

Les Big Brother Awards sont répartis en cinq catégories : Administration (Services publics, gouvernement, élus) / Entreprise (Entreprises, organismes et institutions privés) / Produits (Systèmes, logiciels, réseaux) / Localités (Contrôles de proximité, urbanisme, vidéo-surveillance) / Prix Spécial du Jury... pour l’ensemble de son oeuvre / Le Prix Voltaire de la vigilance citoyenne.

Peut être nominée à un Big Brother Award toute personne ou institution s’étant distinguée par son mépris du droit fondamental à la protection de la sphère privée ou par sa promotion de la surveillance et du contrôle de personnes ou groupes de personnes. Pour plus de détails concernant la procédure d’attribution, ainsi que la composition du jury 2001, cliquez ici.

Les Big Brother Awards sont attribués dans les cinq catégories suivantes (n’hésitez pas à cliquer sur les nominés pour accéder à l’intégralité de leurs pièces à charge) :

Administration

(Services publics, gouvernement, élus). Peuvent être nominés tous les gouvernements, élus locaux, régional ou nationaux, autorités administratives, judiciaires et règlementaires, qui, par leur activité quotidienne ou par une intervention particulière, cherchent à limiter la sphère privée et les droits de l’individu ou à promouvoir la surveillance et le contrôle de personnes.

- Administration pénitentiaire, Prix Orwell

qui limite l’accès aux droits fondamentaux des déténus, pour encourager le recours à la surveillance electronique, pratique dénoncée comme abusive par un rapport du parlement européen.

- L’ensemble des parlementaires (Sénat + Assemblée Nationale), Prix Orwell

pour avoir profité des attentats aux USA afin d’adopter une loi sécuritaire -la LSQ, dénoncée par la majeure partie des défenseurs des droits de l’homme comme anticonstitutionnelle- et s’être entendus pour, justement, ne pas saisir le Conseil Constitutionnel.

- Philippe Douste-Blazy,

maire de Toulouse, pour recel et utilisation abusive d’un fichier de parents d’élèves syndiqués.

- Sofremi/Milipol,

qui, au nom du ministère de l’intérieur, organise tous les ans le "salon de la sécurité intérieur des états", et fait ainsi la promotion sans frontières aux technologies de surveillance et de contrôle des individus

-GIE Sesam-Vitale,

pour avoir mis en place une vaste place de marché de nos données personnelles (et intimes) et rendu possible sas toutes les garanties l’interconnexion de nos dossiers médicaux avec certains systèmes de traitement informatiques de l’industrie médicale.

- Conseil supérieur de l’audiovisuel,

qui interdit aux chaînes de télévision citoyennes d’émettre pendant les élections, arguant de son impossibilité à pouvoir les surveiller...

- Gouvernement français - SGDN, Prix Orwell

pour avoir légalisé le STIC (qui avait valu, l’an passé, au ministère de l’intérieur de remporté un BBA), pour chercher à retirer les fichiers "de souveraineté" du pouvoir de contrôle de la loi Informatique et Libertés, et enfin pour avoir commandité les articles d’exception de la LSQ.

- Ministère de la défense,

qui, pour concurrencer Echelon, le système anglo-saxon d’écoute et interception des télécommunications, cherche à donner une dimension européenne à "Frenchelon", son petit frère français.

retour

Entreprises

(Entreprises, organismes et institutions privés). Peuvent être nominées toutes les entreprises et institutions du secteur privé qui, par profit ou simple négligence, méprisent ou violent la sphère privée de leurs employés, de leurs clients ou de tiers, ou toute autre forme de promotion, comme les sociétés qui exportent leur matériel de surveillance dans des régions où les droits de l’individu sont encore plus vulnérable.

- Cegedim , Prix Orwell

"leader européen du marketing pharmaceutique et du marketing direct Business to Business", de la marchandisation de nos dossiers médicaux, de l’interconnexion de nos données personnelles, côtée au Second Marché de la Bourse de Paris, chiffre d’affaires : 1.6 milliards de francs (240 millions d’euros).

- La Poste (& Mediapost),

qui se sert de son image de service public pour inciter les citoyens, ainsi que les écoliers, à se doter d’adresses e-mails @laposte.net, et ainsi asseoir sa position de leader du marketing direct -autrement dit du spam.

- Etablissements de crédit,

pour utiliser le critère de nationalite dans leurs fichiers destines a motiver l’octroi ou non de credits ou de prets.

- Sodexho - SIGES,

qui, connue pour nourrir les hospitalisés ou encore les écoliers, est aussi prestataire dans les prisons en France et à l’étranger, parfois dans la sécurité et la surveillance ; a reconnu publiquement avoir agit contre sa propre éthique en investissant pendant près de 7 ans dans les prisons privées aux Etats-Unis...

- Wanadoo Data,

qui use de son quasi-monopole et de son image de service public pour alimenter ses fichiers clients, saluant l’esprit de sa maison mère France Télécom pour les 800 millions de francs (122 M euros) qu’elle se fait tous les ans sur le dos de ceux qui s’inscrivent sur liste rouge pour protéger leur vie privée. retour

Produits

(Systèmes, logiciels, réseaux). Peuvent être nominées tous les produits, systèmes ou dispositifs qui encouragent la surveillance de tous supports électroniques ou qui limitent la liberté de communication, l’intimité et l’anonymat. Ils peuvent être le produit de laboratoires de recherche, d’opérateurs de bases de données, ou de dispositifs de contrôle élaboré de toute sorte.

- Prismatica - Surveillance transports publics, Prix Orwell

projet européen de veille et de sécurité dans les transports publics, où les caméras doivent détecter nos comportements supects, pratique primée par les BBA 2000 (dossier Inria-VSIS).

- Monservicepublic.fr ,

projet de "coffres-forts électroniques" gérés par la "fonction publique" et censés gérer "l’ensemble de nos échanges avec les administrations", stocker les données personnelles de tout citoyen, les interconnecter en contradiction avec la Loi Informatique et Libertés et... "réinventer la protection des données personnelles" (sic).

- Logiciels sniffers - Arpège Défense,

collection de systèmes clés en main d’écoute exporatoire de tout type de réseaux (GSM, IP, data, voix, etc.)

- Passeport DELPHINE,

pour chercher à mettre en place, au niveau des simples citoyens, le maillage et l’interconnexion des fichiers des sinistres fichiers policiers connus sous les noms de SIS (Système d’information Schengen) et STIC (Système de traitement des infractions constatées).

- Radars routiers - Soprecom,

nouveaux types de radars réputés "infaillibles" dont l’utilisation entre en contradiction avce la loi informatique et libertés

- ’Coveillance’ - Office HLM de l’Essonne,

surveiller ses voisins avec des caméras communes et diffusées dans chaque foyers, ça ne sert que d’alibi démagogique et pourtant cela fait presque 7 ans que ça dure à Saint-Jean-du-Perray, près d’Evry. retour

Localités

(Contrôles de proximité, urbanisme, vidéo-surveillance). Seront nominées les personnes ou institutions qui encouragent les projets d’aménagénagement de la cité visant, sous couvert de prévention de quelque danger, à contrôler la libre circulation des individus et à traquer leurs habitudes, achats, prestations sociales, opinions ou comportements.

- Ville de Lyon,

pour l’impressionnant maillage de caméras de vidéosurveillance qu’elle a installé cette année, et dont on a pu constaté les dérives discriminatoires à l’encontre des SDF ou encore des manifestants.

- Maire de Mantes-la-Jolie, Prix Orwell

pour avoir, sous couvert de projets de "réhabilitation sociale" financés par le contribuable européen, installé une centrale de vidéosurveillance dans les commerces de la seule place publique du quartier populaire du Val-Fourré

- RATP, Prix Orwell

qui veut stigmatiser les comportements "déviants" des gens, et prend clairement le chemin du fichage électronique systématique de ses "clients" (il n’est plus question d’usagers).

- Ville de Paris - Syndicat des transports Ile-de-France, Prix Orwell

un fichage informatique en échange d’une allocation transports destinés aux détenteurs du RMI

- Conseil général des Hauts-de-Seine,

qui, non content d’avoir inauguré, en France, la mise sous vidéosurveillance des bébés en crêche, compte installer des systèmes de vidéosurveillance dans 87 collèges et lycées.

- Maire de Conségudes (06),

le premier magistrat d’un micro-village des Alpes-Maritimes, qui cherche à installer un feu rouge à badge couplé à un réseau de caméras pour traquer les intrus, la nuit... retour

Prix Spécial du Jury...

... pour l’ensemble de son oeuvre. Remis à des personnes ou des institutions qui, de par leur activité inlassable et leur négligence, ont porté atteinte à la sphère privée, facilitant la violation des droits de la personne ou faisant la promotion de la surveillance de l’individus ou des groupes.

- Rattrapés parmi les catégories précédentes :

- Administration pénitenciaire,

- Sesam-Vitale,

- Sodexho-Siges,

- Sofremi,

- Wanadoo Data,

retour

Le Prix Voltaire - vigilance citoyenne

Cette récompense peut être attribuée à des personnes, des collectifs ou des projets qui, en luttant et manifestant contre la surveillance arbitraire des individus, se sont engagées de façon exemplaire pour informer le public sur les dérives du traitement automatisé et de l’arme technologique. A distribuer des palmes dans les domaines suivants : écrits, actions, projets de société...

- Alima Boumediene-Thiery (députée européenne), Prix Voltaire

qui lutte contre tout type d’atteinte à la personne humaine, a défendu l’idée du ’commission européenne de l’informatique et des libertés’, et qui fut l’une des rares à ne pas céder à l’hystérie sécuritaire suite aux attentats

- Louise Cadic (juriste, saisine citoyenne / LSQ),

auteure d’une saisine citoyenne du Conseil Constitutionnel, suite au refus des politiques d’effectuer un contrôle de la Loi sur la Sécurité Quotidienne, fortement soupçonnée d’être anti-constitutionnelle.

- Le Syndicat de la Magistrature, Prix Voltaire

pour sa constance dans la protection des libertés, et pour un très instructif livret sur le B-A.BA des contrôles d’identité, "Vos Papiers", injustement attaqués par les syndicats de policiers, et le ministre de l’intérieur...

- Philippe Kherig (avocat général, cour de cassation),

pour avoir défendu le droit inaliénable à l’intimité des correspondances sur le lieu de travail

- Aline Pailler (élue locale, Toulouse),

pour avoir dénoncé l’utilisation, à des fins électorales et par Philipe Douste-Blazy, d’un fichier de parents d’élèves syndiqués.

- Andy, des Yesmen (contre-propagande),

pour son courage et sa capacité à se faire passer pour un ponte de l’OMC, et son obstination à dénoncer la novlang des partisans de la "loi du marché".